LES QUATRES FERS EN L’AIR!

Une célèbre phrase de la Bible nous rappelle que nous récoltons ce que nous semons.  La règle d’or – traiter autrui comme nous voudrions être traiter- n’a pas perdu de sa valeur. En fait, c’est le meilleur conseil pour nos relations humaine. 

Un fermier avait décidé de ne plus nourrir son cheval.  Tous les jours , il emmenait son cheval aux champs.  Il le faisait travailler fort et, de retour à l’écurie, notre fermier l’installait pour la nuit sans lui donner à manger.  A ce régime , trois jours, quartes jours passagère .  Un bon matin, notre fermier retrouva sans cheval les pattes en l’air, mort de faim.  

C’est dommage dit-il.  Il meurt juste au moment où il commençait < d’habituer.

0n ne peut pas s’habituer à  toujours donner comme on ne  peut s’habituer à toujours recevoir sans subir les conséquences.  Croyez-vous que le fermier de ma petite histoire aimait son cheval ?  Non mes amis.  Croyez-vous qu’il s’aimait lui-même ?  Voilà la question…..

J’ai compris qu’à chaque jour qui passe, il faut nourrir son corps et également son esprit.

isidore