VOUS POUVEZ TOUJOURS FAIRE MIEUX

Wow !  Toujours faire mieux, c’est demandant, c’est exigeant et ça demande de l’énergie positive. Donnez vous constamment des défis et des raison de rêver.  Je sais, je sais que nous avons tous besoin d’un « pouce, pouce  » dans le derrière pour nous faire avancer. Ce pouce pouce,  c’est notre motivation intérieur positive.

Je sais également qu’il est tentant de se reposer, spécialement après une période difficile, c’est parfois là l’erreur.  Il faut se reposer, mais la limite doit être raisonnable.  Ce jeune vieux me confiait qu’il se repose depuis un échec qui l’a fait sombré dans une petite dépression et qu’il n’a plus le courage de se relever.

Je vous partage ce que j’ai compris de la vie de tous les jours:  Ne jamais  laisser aller votre  » baraque  » quand le vent vous est favorable. ( Expression de pépé Albert que j’ai entendu lorsque j’étais dans l’âge de comprendre, après explication )  C’est le moment idéal pour mettre le cap sur vos rêves les plus fous.   La chance est avec vous, car le vent est du bon côté.

Il faut être présent à la vie:  Ce que je trouve tellement malheureux, c’est que bien des jeunes se laisse endormir et déduire par l’alcool, dogue et tous les gadgets inventer pour détruite l’être humain à petit feu et lui enlever son bien le plus précieux, celui de choisir et relever des défis.

La vie n’est pas un présent que l’on reçoit  à la naissance et comme me le disait si souvent ma grand-mère Anna :  La vie est comme une plante, il faut l’arroser et s’en occuper jusqu’à la mort.  L’ARROSER, LA NOURIR ,sinon elle va dépérir.    Wow ! 

J’ai compris qu’à chaque jour qui passe, il faut s’occupé à arroser notre plante à tous les jours, si non elle va mourir.

Isidore

 

 

AUX FIL DES ANS

j’ai compris que le succès, la réussite est la somme de petit effort, répétez à tous les jours.  La motivation des buts et objectifs , le travail, la discipline et l’engagement sont les maîtres du jeu.

j’ai également compris, au fil des ans, que le prix de la réussite, c’étais surtout  » D’OSER  » . 0ser faire des efforts, oser vaincre ses peurs, oser aller à l’intérieur  pour tenter de comprendre et de les vaincre ses peurs. 

En route vers un client qui m’intimidait au départ, je me disais que personne ne peut grandir sans oser.  Pas très grand physiquement, je trouvais que cette vérité me collait à mon système mieux que quiconque.   C’était un moyen infaillible pour me convaincre d’approcher les professionnels dans mon travail.  Je m’épuisais à la simple perspective d’amorcer les démarches pour les rencontrer.  À grands coups de courage, je finissais par en empoigner un au bout du fil, comme un lutteur qui affronte un adversaire coriace.  -Tout simplement du mauvais mental-

Entraîné à l’effort, je finissais neuf fois sur dix, à ravir une autre victoire, un autre client.  Après tout, je n’allais pas , avec un médecin, défendre une thèse sur une cause du cancer, mais lui parler de finance, de placement, d’assurance-vie, lui en enseigner les avantages et soigner ses inquiétudes en matière d’avenir et de sécurité pour les siens.

Au fond, je n’avais pas à craindre son jugement puisque c’étais moi l’expert et je savais faire mon métier avec autant d’intelligence que lui, de son côté, exerçait sa profession de médecin.

J’ai compris qu’à chaque jour qui passe, il faut oser pour atteindre ses buts et objectifs.

Isidore

 

 

 

CHERES ÉLÈVES, VOUS M’AVEZ TANT APPRIS

je me permet de vous transmet un résumer d’un témoignage de Catherine Marquis , enseignante en francisation des adultes immigrant 

Depuis le début de ma courte carrière, une chose a toujours été claire nous dit Catherine: j’enseigne le français, c’est moi l’experte dans la classe. Mais à 26 ans, c’est moi également la plus jeune de la classe, eux, ils en savent beaucoup plus que moi sur la vie. Je ne l’oublie pas.

Je peux dire que grâce à moi, ils ont appris la conjugation des verbes et maintenant ils savent utiliser le français pour parler entre eux et peuvent aller chez le médecin et louer un appartement et se faire bien comprendre en français.  Avec eux, moi aussi j’appris énormément.

DE VRAIS ÉPREUVES

Un élève qui a quitté son pays pour fuir la guerre en laissant toute sa famille derrière lui. Une autre qui est seul à la maison pour s’occuper de ses enfants pendant que son mari travaille dans un autre province. un autre qui étudie le matin 30 heures par semaine et travaille 35 heures le soir pour soutenir sa famille, un autre, une autre…Malgré toutes les difficultés qu’ils rencontre, tous se présentent en classe le matin avec le sourire et le bonjour en français.

Dans ma classe, les gens proviennent d’au moins 10 pays différents, parlent des langues différentes, des religions différentes.  

J’ai appris d’eux,  l’humilité, le respect l’entraide  et la patience .  Ils me montrent qu’on peut s’ouvrir aux autres tout en restant fidèle à soi-même et de ne pas avoir peur  de s’accepter tel qu’on est. 

Ils me montrent qu’on peut avoir du plaisir dans les choses les plus simples de la vie, dans les petites victoires du quotidien, à travers les espoirs qui naissent et les nouvelles amitiés qui grandissent.

Ils me rappellent enfin combien c’est important de jouir de la vie à chaque instant, d’apprécier ce qu’on a et de ne pas avoir peur des nouvelles expériences.  (j’entend  encore m’on mentor me faire le même discours et ce texte me touche beaucoup)

Grâce à eux, je sais que je fais le plus beau métier du monde.  Je veux leur dire un énorme «  Merci « 

J’ai compris qu’à chaque jour qui passe, ils faut tendre la main à quelqu’un.

Isidore

 

 

RIEN NE VA PLUS

La plupart des gens son optimistes. Ils espèrent vivre une vie merveilleuse remplie d’amour, de joie, avoir un bon travail, un bon salaire décent qui apporte la sécurité et que la vie soit belle.

Ils espèrent que les changements de la vie n’apporteront que de belle chose. Puis soudain, tout bascule, rien ne va plus.

Tu viens de subir un échec financier, tous les biens acquis au cours de ta vie viennent de disparaître; tu viens de perdre ton emplois.  Mais cela n’est rien comparer à ce qui t’arrive, ta santé que tu tenais pour acquise, vient de  « T’ADANDONNER  » 

Là, c’est vraiment vrai, rien ne va plus.

Il est extrêment  difficile de trouvé la sécurité  et l’épanouissement dans ces épreuves.  Certains y réussissent , d’autres jamais.  Pourquoi ?  Ceux qui ont la  » FOI  « ont beaucoup plus de chances de réussir et de trouver une raison valable à leurs malheurs.  Ils se tournent vers Dieu, se rapprochent pour lui tendre la main et lui dire.  Merci Seigneur pour toutes les merveilleuses années de bonheur.   Aidez-moi maintenant dans les épreuvres que je traverse aujourd’hui. Donnez moi la force d’affronter la maladie et toute cette souffrance.

Je crois qu’à ce moment-là, Dieu calme la mer  déchainée et envoie sa lumière.  Avec le temps, la mer reprend son cours normal avec ses hauts et ses bas.

J’ai compris qu’à chaque jour qui passe, Dieu envoie sa lumière et calme la mer déchainée .

Isidore