UNE HISROIRE VÉCUE PAR UN CONFRÈRE, EN ASSURANCE-VIE

Le manque d’argent n’est pas le véritable problème; il est simplement le reflet de ce qui se passe en eux. T.Eker

J’ai, un jour, vendu une police d’assurance à une jeune famille, raconte cet agent. Deux ans plus tard, le mari est décédé.  Il n’avait pas 30 ans. J’ai rendu visite à sa femme et rempli les papiers nécessaires. J’y suis retourné un soir pour apporter le chèque d’assurance.

» Ceux d’entre vous qui ont des enfants savent probablement que quand on les met au lit, ils ne s’endorment pas tout de suite.. Chaque fois qu’ils entendent quelque chose, ils veulent savoir ce qui se passe.  Me voilà donc chez cette femme, le chèque à la main, ne sachant trop que dire  » Je suis désolé….  lui dis-je. J’avais beaucoup d’estime pour votre mari…. Y-at-il quelque chose d’autre que je puisse faire pour vous?  Elle me répondit: » Je vous remercie pour tout ce que vous avez fait pour nous.  Ceci est vraiment un don du ciel, même si j’aimerais que ce soit davantage.»  Comme je lui tendais le chèque , une petite voix l’appela d’en haut. »  Maman, Maman, est-ce que c’étais papa?  La mère regarda le chèque, puis levant le regard sur moi, elle répondit: Qui, mon amour. Papa était  ici. »

L’assurance- vie , c’est un produit d’amour.

J’ai compris qu’a chaque jour qui passe, il faut tendre la main à quelqu’un

Isidore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.