L’ESPOIR DE JONATHAN

L’histoire de Jonathan Pitre et de sa mère Tina Boileau dans le journal LeDroit :  Chronique de Denis Gratton.

L’AMOUR D’UNE MÈRE

Tina Boileau, 37 ans, avait 20 ans quand elle a donné naissance à Jonathan.  Ce dernier a été diagnostiqué avec sa maladie dès les premier jour de sa vie. Et Tina, qui est fonctionnaire fédérale (bientôt en congé sans solde), savait que son quotidien allait être chamboulé pour les prochaines décennies.  Mais cette lourde épreuve que le Ciel venait de lui imposer à elle et son fils allait unir ceux-ci dans l’amour inconditionnel et imperturbable.

Jonathan Pitre -ou l’enfant Papillon a déjà dit qu’il trouve sa force en moi, se souvient-elle.  Et moi, je trouve ma force en lui.  Nous sommes une équipe.  C’EST LUI QUI VIT LA SOUFFRANCE.  c’est sûr que je vis avec lui parce que je suis sa mère et que je suis toujours à ses côtés.  Je fais son bain, ses pansements, ses soins.  je la vois, sa douleur.  Mais Jonathan a toujours le sourire aux lèves.  Il ne s’apitoie jamais sur son sort.  La vie lui a donné de mauvaises cartes dès le départ, mais il ne le voit pas comme ça.  Il est capable de dire:  » je ne lâche pas.

La première greffe a juste échoué pour nous rendre plus fort pour la prochaine. Il a une maturité que la plupart d’entre nous n’avons pas.  Et comme lui, je n’ai jamais lâché à travers tout ça.  Je me suis retroussé les manches et j’ai toujours fait ce que j’avais à faire pour mes enfants.

Mais Tina Boileau a-t-elle eu des moments de colère au cours des années ?  Des remises en question ?  Des pourquoi nous ?

j’ai abandonné toutes ces questions il y a longtemps, répond-elle.  Parce qu’il n’y a pas de réponse à tout ça.  Je pense que Jonathan m’a choisie, et moi je l’ai choisie.  Je savais que j’étais capable avec ce qu’on a.  C’est sûr qu’il y a des moments plus difficiles  que d’autres.  Parfois les bains et les changements de pansements quotidiens ( d’une durée de quatre heures) sont beaucoup plus difficiles que d’autres.  Et ça viens te chercher.

Mais en même temps, tu dois continuer .  Tu dois mettre un pieds devant l’autre et te dire que demain tout iras mieux.  Et Jonathan et moi avons grand espoir que la deuxième greffe sera un succès.  Et que ce sera notre plus beau beau cadeau Noël .

Avec amour, nous le souhaitons .

J’ai compris qu’a chaque jour qui passe, il faut tendre la main à quelqu’un.

Isidore

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.