NE JOUEZ PAS À CE JEU-LÀ

Pendant des années, j’ai joué au jeu, j’aurais donc dû, j’aurais tant aimé, j’aurais pu faire cela, j’aurais, j’aurais et encore j’aurais dû.  « JAURAIS  »  a été un ennemi qui a mangé une bonne partie de ma jeunesse et plus encore. 

Heureusement qu’un jour, avec l’aide de mon épouse, avec des livres de motivation qu’elle m’achetait et à force de travailler sur moi-même  et de combattre le feu du négatif, le négatif a commencé à s’essouffler et comme par enchantement des étincelles  positives ont jailli dans mon subcontinent et  » BOUME  »  MON SUBCONSCIENT À SUBITEMENT COMPRIS. 

Wow !  Comme un éclair de lucidité, que je ne me reconnaissait pas, j’avais à ma disposition un immense potentiel qui ne demandait pas mieux que de renaître à la surface de l’eau, de voir le jour et la lumière. 

La vérité, j’étais plein aux as.  Un de mes amis m’a dit en ne me reconnaissant plus : Isidore, tu fais du narcissisme,  » fixation affective sur soi-même »  (définition du petit Larousse)  J’étais vraiment content de moi-même, j’étais au ciel.  Enfin, je faisais du narcissisme;

Sérieusement, je n’étais pas encore sorti du prison, mais je continuais d’affronter la peur, jour après jour.   » LA PEUR « 

Ceux qui ont réussi à combattre la peur savent de quoi je parle et je suis certain qu’ils approuvent le message que je veux vous transmettre.

Rien n’est jamais perdu, à vous de croire que «  l’impossible peut devenir possible  »  à condition d’y mettre du coeur, de la persévérance et du temps.

J’ai compris qu’à chaque jour qui passe, il faut tendre la main à quelqu’un.

Isidore

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.