UNE VIE SAUVÉE EN DERNIÈRE MINUTE

Accompagner  quelqu’un, c’est une choix, c’est vouloir marcher avec l’autre dans la joie où dans la peine.

Voici une histoire vrai que les gens qui  pense qu’une vie à naître, c’est le summum.

En réponse à son texte:

 » MON AVORTEMENT C’EST PAS DE TES AFFAIRES »  Texte de Jessica Savoir dans l’Acadie Nouvelle, samedi 7 mai 2022.

Voici une histoire vrai qui qui ne marche pas avec l’avortement.  Mon ami entre dans un restaurant pour boire un café et aperçoit une jeune fille assise dans un banc arrière, un beau visage qui pleure. S’approchant d’elle, il constate vraiment qu’elle pleure, ce n’est pas une illusion.  Poliment, il lui demande s’il peut l’accompagner pour boire son café, car il lui dit qu’il déteste boire son café seul.  Un vieux truc d’un homme qui en n’a vu d’autre en matière d’introduction.

De sa plus tendre voix, il lui demande ce qui lui cause tant de chagrin, et ajoute qu’il guérit facilement la peine qu’un autre puisse avoir, peu importe le circonstances. Sans le regarder, elle lui dit qu’elle n’a pas d’autre choix de poser un geste qui va avoir des conséquences sur sa vie.  Quel geste peut bien commettre cette belle jeune femme qui va avoir tant de conséquences sur sa vie.  Elle le regarde pour la première fois et constate que mon ami à l’âge de son grand-père et peut être plus.  Puis , lentement , elle lui raconte qu’elle était amoureuse d’un homme qui habitait la région depuis plusieurs années et, finalement, elle lui annonce qu’elle est enceinte depuis trois mois.  Son amoureux ne veut rien savoir de cette histoire et refuse d’assumer aucune responsabilité.  Quelque jours plus tard, il s’est acheté un billet d’avion et est parti sans laisser d’adresse, comme le font les hommes lâches qui fuient leurs responsabilités. Wow !

Mon ami lui tend la main et se présente. Si tu veux bien, même si nous, nous connaissons pas, je suis prêt à t’accompagner à mettre ton enfant au monde.  Je serai ton ami, ton grand-père et si tu veux plus, je serai ton grand-frère.

Elle avait rendez-vous à 4 heure cet après-midi là pour son   » AVORTEMENT  »

Le temps a passé vite, et finalement la main de mon ami et la sienne sont restées collé ensemble pendant 2 heures. Le sourire est apparue, la joie et le bonheur à fait place à la confiance et à l’avenir.

UN ENFANT DE PLUS VENAIT D’ÊTRE SAUVÉ DE L’AVORTEMENT.

Mon ami a tenu sa promesse d’être un grand-père, un grand frère pour cette jeune femme.  Il a tenu sa promesse de l’accompagner durant sa grossesse et bien sûr à l’hôpital pour l’accouchement d’une belle petite fille.

Vers le septième de sa grossesse, il m’annonce par téléphone qu’il vient nous faire une visite à Caraquet, une super de belle surprise. Étant au fait de cette merveilleuse histoire, nous étions Edwidge et moi contents, et un peu excités de connaître cette jeune dame, d’être présents et de pouvoir lui parler, c’était fabuleux, c’était gros et grand, enfin c’était de l’amour pur, c’étais la vie à naître , c’était le summum et je manque de mots.

Enfin, le grand moment arrive, ça sonne à la porte.  Un moment inoubliable. C’est elle qui est la première à la porte, et ne ne comprend encore, pourquoi nous n’avons pas sorti la tablette pour filmer la scène.  En ouvrant la porte, elle m’a immédiatement enlacé  dans ses bras pour me serrer bien fort pendant un long moment. Ce sont des larmes qui se sont coulées dans ce premier contact et par la suite avec des yeux brouillés, j’ai vu ce joli visage plein d’expressions positives. Ensuite ça été au tour d’Edwige de la serer dans ses bras. Wow ! quel moment magique.

Je revois facilement les images de reconnaissance envers mon ami qui nous à laisser jouir pleinement de cette rencontre, en restant  en retrait pour nous donner beaucoup de lassitude à ce grand moment.

J’ai  réussi  à sortir les premiers mots de ma bouche pour lui souhaiter la bienvenue à Caraquet et lui dire, tu vas être la plus belle des mamans.

CROYEZ VOUS AUX MIRACLES ?  CROYEZ VOUS AUX HASARD ?  CROYEZ VOUS À LA BONTÉ HUMAINE ?

La vie d’une enfant à été sauvée par l’effet du hasard: Quelques deux heures ont fait la différence entre la vie où la mort de l’enfant à naître.  La rencontre de mon ami avec cette jeune femme est dû domaine providentielle. Je crois que la vie répond généralement à nos attentes et à nos discours.    » Jules Michelet nous dit que le hasard sait toujours trouver ceux qui savent s’en servir  »

Les gens heureux sont tous semblables, le rire est facile et l’expression du visage nous parle, et la joie de vivre est exemplaire. C’est exactement ce que  je voyais du comportement de cette futur maman.

Elle me confie à voix basse que son nouveau grand-papa , après s’être informé; me fait une grosserie spéciale chaque semaine, car je dois bien me nourrir, moi et l’enfant à naître.

Elle va donner l’enfant en adoption avec joie et bonheur.  » C’EST ACCEPTER DANS MA TÊTE »  me dit-t ‘elle !  Je ne broncherai pas, c’est le bien de l’enfant m’a grande priorité.  Je l’écoute avec attention et admiration, même si c’est difficile à comprendre pour moi. Pendant qu’elle me parle, mon esprit fonctionne. Je me permet de lui demander: C’est quoi la différence entre se faire avorter où de choisir de donner la vie à un enfant et le donner en adoption ?

Elle me regarde avec une expression qui me fige un peu, pour me répondre :  » J’ai choisis la vie de mon enfant à naître parce que j’ai un choix maintenant, lorsque tu n’as rien devant toi, t’as rien à choisir » C’EST WOW !

C’est un couple marié, tellement heureux maintenant; lui est ingénieur et la nouvelle maman travaille dans le domaine de la santé, qui a adopté ce magnifique enfant avec leur exigence qu’en tous temps la mère maternelle puisse revoir l’enfant à sa discrétion.

J’ai eu le grand privilège également de lire le message de gratitude envers mon ami, que le couple d’adoption lui a adressé, pour avoir contribué à la vie de cet enfant, qui déjà procure tellement de joie et de bonheur.  Ce sont des mots du coeur, touchants et bouleversants. Dommage, très dommage que ne n’ai pas pensé de me faire imprimer une copie de cette lettre. Mon ami est décédé quelque temps après.

Ce que je peux ajouter, ‘est que cette lettre exprimait de la bonté, beaucoup de reconnaissance, de l’amour envers la mère maternel et envers le bienfaiteur.

Un homme sage à dit : Les personnes les plus importants ne sont pas celles qui ont plus de connaissance de la vie, mais bien ceux et celles qui ont le coeur plein d’amour, des oreilles prêtes à écouter, avec les mains tendus, et prêtes à aider par des gestes de bonté et qui crois que donner la vie est le summum de la vie.

j’ai compris qu’à chaque jour qui passe, il faut tendre la main à quelqu’un.

Isidore

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.