MERCI À LA VIE !

Elle venait de perdre son mari. Histoire valorisante et touchante à la fois.

Je marchais à l’épicerie pas particulièrement intéressé par mes achats de nourritures. Je n’avais pas faim. Je venais de perdre mon mari, il n’avait que 57 ans et la douleur était encore très vivre.

Cette épicerie enfermait de si beaux souvenirs.

Mon mari venait souvent avec moi et presqu’a chaque fois, il s’éloignait faisait semblant de chercher quelque chose de particulier, mais je le connaissais bien et même  il n’était pas tellement douer pour me faire des surprises sans que je sache ce qu’il planifiait.  J’ai toujours eu le nez long pour détecter ces belles petites surprises à mon égard.

Je l’apercevais de loin marchant dans une allée avec des roses dans les mains. il s’avait que j’aimais particulièrement les roses jaunes.

Subitement, en pensant à lui, j’ai eu le coeur rempli de chagrin. J’ai eu envie de prendre rapidement les quelques articles que j’avais mis dans le panier et de partir le plus vite possible de l’épicerie.  Mais devant le comptoir des viandes, je cherchais un petit steak parfait et je me suis souvenu qu’il aimait tellement le steak.

Un femme s’approche tout près de moi. Elle était blonde , mince et très jolie. et portait une robe verte. Je la regarde alors qu’elle prenait dans ses mains un gros paquet de t-Bone, le déposa dans son panier. Hésita et le remis à sa place.  Elle se tourna pour partir, mais décida de reprendre le t-bone . Elle s’aperçu que je la regardais, en souriant elle me dit:  » Mon mari aime le ti-bômes, mais honnêtement, à ce prix-là , je ne suis pas certaine !

Plein d’émotions, je l’ai regardé dans les yeux et je lui dis :  Mon mari vient tout juste de mourir, il y a peine 8 jours. Achetez-lui donc son t-bone ?  Même si vous n’avez pas les moyens, la vie est tellement courte qu’il est important de chérir tous les bons moments ensemble !

Elle secoua la tête. Lisant l’émotion dans ses yeux, elle reprit le paquet de t-bômes, le déposa de nouveau dans son panier et parti.

Je me retournai et poussa mon panier jusqu’au comptoir des produits laitier. J’.tais à me demander quel format que j’allais prendre, enfin j’ai opter pour un demi-litre et ensuite je poussai mon panier vers les crèmes glacées. Un cornet de crème glacée m’a toujours fait le plus grand bien. Puis je me dirigé vers la caisses et c’est là que j’ai revu la belle madame dans sa robe verte. Puis surprise, elle se dirige vers moi avec un paquet, armé d’un magnifique sourire. J’ai vite remarqué ce qu’elle tenait dans ses mains et mes yeux s’est vite rempli d’eau.  Ceci est pour vous me dit-elle, en me remettant trois belles roses jaunes dans mes bras. Lorsque vous passerez à la caisse, ils sauront qu’elle ont déjà été payées. Puis, elle déposa un délicieux baiser sur ma joue, et me sourit à nouveau.  J’ai voulu lui expliquer ce qu’elle venait de faire, ce que les roses repressentaient pour moi, j’ai été incapable de sortir un mot de ma bouche. je l’ai regardé s’éloigner les larmes aux yeux.

J’ai contemplé les magnifiques roses  dans le papier vert et je n’on croyais pas mes yeux. Comment pouvait-elle savoir ?  Soudainement, j’ai pensé qu’il était encore avec moi et j’ai ressenti sa présente.

Je sais qu’il est parti, mais dans mon esprit et dans mon coeur, il est toujours-là.

J’ai compris de cette magnifique histoire, qu’il faut toujours remercier pour ce qu’on es, et ce qu’on a !

Merci pour ce texte- Auteur inconnu.

J’ai compris qu’à chaque jour qui passe, il faut tendre la main à quelqu’un.

Isidore

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.