SE BRONCHER SUR DU FIL POSITIF

Ne vous plaignez pas de ce qui vous manque….soyez plutôt reconnaissant de ce que vous avez .» H. Stanley Judd

Quelques jours avant qu’il quitte ce monde, j’ai rendu visite à mon mentor, Gérard Bourgeois de Shédiac, Nouveau-Brunswick.

En m’expliquant sa maladie dans les moindres détails, il me fait cadeau d’une réflexion et d’une très grande réalité de la vie que j’ai tendance à oublier.  Nous passons une grande partie de nos vies à nous plaindre pour la moindre chose qui nous dérange. Et souvent, on se croit victime et on se conduit en victime.  Tous les jours, j’entend des gens se plaindre parce qu’ils ont travailler  une heure supplémentaire ou qu’ils ont un petit contre- temps, un petit mal de tête, pire encore, ils n’ont pas la maison et l’auto du voisin.

Des gens bien intentionnés viennent me voir et pleurent sur ma maladie incurable, mon isolement et ma mort prochaine.  De quoi je devrais me plaindre ?  Je suis malade, mais j’ai de bons soins, de bons médecins, de bons amis et je n’ai pas de souffrance.  C’est merveilleux Isidore comparé  aux autres qui vivent  des maladies douloureuses et bouleversantes.

Chaque jour, je remercie la Providence  pour tout ce que j’ai reçu.  Lorsqu’il fait froid, nous avons du chauffage , lorsque j’ai fain, j’ai de quoi me nourrir, lorsque j’ai besoin d’aide, je trouve toujours quelqu’un pour m’aider.

Encore un mot, son dernier mot qu’il m’a dit avant que je lui dise  un dernier au revoir:  « Tu dois dire aux gens que s’ils veulent de la lumière, ils doivent brancher leur fils négatif sur du  positif»

J’ai compris qu’a chaque jour, il faut tendre la main à quelqu’un.

Isidore

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.