LA GRANDE SOUFFRANCE DE LA SOLITUDE

Noël approche, n’est-ce-pas le bon temps d’aller visiter une personne  seul.

J’ai connu une femme seul qui, pour tromper sa solitude, comptait les autos durant la nuit dans son petit village, ou encore composait le numéro de l’assistance annuaire pour entendre voix d’un humain.  Au moins la voix humaine lui parlait.  Maintenant, plusieurs grandes firmes utilisent des voix électroniques .

Dans certaines maisons, la télévision fonctionne jour et nuit, cela fait de la compagnie !  Les gens s’ennuient et la solitude pèse lourd sur leurs épaules.  (   Cette  belle jeune femme qui m’a présenté son amoureux, Monsieur le IPad, Wow ! )     J’aimerais tant faire pour ces personnes malheureuses.  Voyez-vous le mot que je viens d’utiliser. J’aimerais tant faire, que je fais rien.  Voilà la vérité, avec des J’AIMERAIS .  Ce qu’il faut faire immédiatement, c’est de passer à l’action.  (Pour moi, je vais m’exécuté demain et vais allez voir un monsieur dans une résidence et si possible d’autres)

Nous connaissance tous une personne dans notre rue, dans notre voisinage qui vit l’enfer de la solitude et de l’isolement. Ces personnes ne demandent pas mieux de nouer des relations avec quelqu’un !  Je lance une invitation, un défit, une idée, une pensée !  Connaissez-vous quelqu’un qui vit dans l’isolement dans votre village, dans votre rue, dans un foyer, une personne malade de corps, de cœur et d’esprit, peu importe ?  Prenez contact, passez à l’action, faite quelque chose pour cette personne.

Comme si disait si bien mère Teresa « vas les voir  »

J’AI COMPRIS QU’A CHAQUE JOUR QUI PASSE, IL FAUT TENDRE LA MAIN À QUELQU’UN

Isidore

Une réflexion sur « LA GRANDE SOUFFRANCE DE LA SOLITUDE »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.